Philippe Sollers

Philippe Sollers Josyane Savigneau Une conversation infinie Bayard 2019
 

PHILIPPE SOLLERS

JOSYANE SAVIGNEAU

Une conversation infinie

 

 

extrait

 

 

Josyane Savigneau : Et d’abord, des amis, en avez-vous ? Plutôt des hommes ou plutôt des femmes ?

 

Philippe Sollers : Les deux. Est-ce à égalité ? Je ne sais pas, je ne compte pas. Ce que j’affirmerais dans les deux cas, c’est que ce sont des camarades de combat. Autrement dit, je ne fais pas attention à autre chose qu’à leur violent désir de liberté, entravé par les clichés et les opinions sociales.

 

Jo. S : Si nous sommes amis, pourquoi le sommes-nous depuis si longtemps, trente ans maintenant?

 

Ph. S : Parce que nous sommes des camarades de combat. Je ne suis pas sûr qu’on comprenne bien la formule.

 

Jo. S : Pourquoi avons-nous un combat commun, vous et moi ?

 

Ph. S : Parce qu’on déteste le mensonge social. Ça suffit. Ce n’est même pas une question d’opinion ou de positionnement politique. Quelqu’un qui a bien identifié la façon dont la société l’empêcherait d’être libre, ça se fait très tôt, j’allais dire au berceau. Alors ceux-là, ou celles-là, s’ils tiennent bon sur leur désir, deviennent automatiquement des camarades de combat. Je ne vais pas aligner ces camarades de combat pour faire une attaque de type militaire. Mais le combat spirituel, comme dit Rimbaud, demande des qualités considérables. « Il me sera loisible de posséder la vérité, dans une âme et un corps », écrit-il dans Une saison en enfer. Remarquable camarade de combat, Rimbaud.

 

 

Parution: 23 janvier 2019, Bayard Éditions

twitter
rss